Views
5 months ago

N° 3 / 2022

  • Text
  • Chez
  • Pharmacie
  • Ainsi
  • Peuvent
  • Contre
  • Souvent
  • Effet
  • Produits
  • Faire
  • Substances
WASTE WARRIORS – TROP BON POUR LA POUBELLE |POUR LE COEUR ET LE CERVEAU | DES GENOUILLÈRES MÉDICALEMENT | BLESSURES PUNIES | MENEZ LA VIE DURE AUX BOUTONS | BOURGEONS DE PLANTES | LES ALLERGIES – PLUS RÉPANDUES QUE JAMAIS | GEMMOTHERAPIE, LE FRÊNE COMMUN | EN CAS DE CONSTIPATION | TOUT SAUF SUPERFLU | RÈGLER L’APPÉTIT | ECZÉMA | POUR VOTRE BIEN-ÊTRE | EN CAS DE DOULEURS ARTICULAIRES | TRAITER NATURELLEMENT LE PSORIASIS | L’AROLE EST STRESSÉ À CAUSE DU CLIMAT | EN CAS DE FATIGUE ET DÉPUISEMENT | PRÉVENTION NATURELLE | CONCENTRATION ET DÉTENTE | QUAND L’ÀME PLEURE | POUR ÉQUILIBRE ACIDOBASIQUE | RENFORCER SES PROPRES RACINES | EN CAS DE PEAU SÈCHE DANS LA ZONE INTIME | POUR LE FONCTIONNEMENT NORMAL DU CERVEAU ET DU SYSTÈME NERVEUX | QUAND IL PLEUT DES POUSSINS | PROTÉGER CHIENS ET CHATS DES TIQUES | EN UN MOT | VANITÉ | DES CHAUSSURES BONNES POUR LA SANTÉ | POUR LE COEUR ET LES VAISSEAUX SANGUINS | VERNIS À ONGLES ET COCKTAIL DE VITAMINES EN UN | DES ARCHITECTES POUR NOTRE SANTÉ | EN CAS DE VESSIE IRRITABLE | POUR PLUS D’ÉNERGIE | EN CAS DE BOUCHE SÉCHE | L’HOMÉOPATHIE FONCTIONNE-T-ELLE VRAIMENT? | POUR LA SANTÉ DU NEZ E DES OREILLES | EN CAS DE DOMMAGES AUX NERFS DE LA COLONNE VERTÉBRALE | ALIMENTATION SAINE | POUR L’HYGIÈNE BUCCALE | RECETTE | LES VITAMINES EN SPRAY | SE DÉFENDRE À UN ÂGE AVANCÉ | SOURCE DE FORCE ET D’ÉNERGIE | UNE NOUVELLE GÉNÉRATION D’HOMMES | SOIN POUR LES MAINS | POUR LES MUSCLES ET LE SYSTÈME NERVEUX | LINGERIE MENSTRUELLE | DU SENS DE LA VIE | EN CAS DE RHUME DES FOINS

Vanité Vous arrive-t-il

Vanité Vous arrive-t-il de vous préoccuper de votre propre beauté, de votre apparence ou de votre attractivité? Ou pour le dire autrement: êtesvous vaniteux? Quel degré de vanité est-il normal? Des chaussures bien cirées, un costume extravagant et une cravate colorée faite des plus nobles étoffes, une montre-bracelet, qui a coûté plus cher qu’une bonne voiture bourgeoise, les cheveux parfaitement coiffés, les yeux cachés derrière des lunettes de soleil griffées. Le tout accompagné d’un sourire cool, de gestes exclusivement mesurés et élé gants, en général en compagnie de jolies femmes, et naturellement au volant de voitures de prestige et choisissant toujours les hôtels les plus chers: c’est ainsi que certains hommes se mettent en scène dans notre monde moderne. Il est compréhensible que les hommes travaillant dans la branche financière ne puissent pas se promener dans des jeans déchirés et vêtus d’un tee-shirt bon marché provenant de la République dominicaine. Cependant, il semble que certains messieurs se soucient de leur apparence, de leur beauté, de leur attractivité et de leur corps à un degré qui dépasse de loin la normale. On appelle cela de la vanité. 32 Pharmacie chez soi 3-2022 Est-ce que cela finit toujours bien? Probablement pas, comme le montre d’ailleurs l’anecdote suivante: une vieille dame est transportée à l’hôpital après un infarctus. Au cours d’un profond évanouissement, elle a une expérience de mort imminente. Elle rencontre Dieu. «Oh, mon Dieu, dit la dame, est-ce que je suis déjà morte?» D’une voix bienveillante, Dieu lui répond: «Non. De plus, vous n’avez aucune raison d’avoir peur. Vous devriez pouvoir vivre heureuse encore quarante ans.» Après sa guérison, quelques semaines plus tard, elle resta encore quelques jours à l’hôpital. Elle se fit lifter le visage, agrandir la poitrine, aspirer la graisse des jambes, remodeler les lèvres, enlever les rides et finalement encore corriger son nez légèrement courbé et trop grand. «Si j’ai encore 40 ans de vie devant moi, se dit-elle, je désire en profiter au maximum. Et l’une des meilleures choses est d’avoir une belle apparence.» Un jour après toutes ces interventions, la dame quitte l’hôpital. Mais devant l’hôpital, elle est renversée par une ambulance qui fonce vers elle, et elle meurt sur le coup. Quelques secondes plus tard, elle se retrouve devant Dieu. «Mon Dieu, ditelle, il y a deux semaines, vous m’avez promis que je pourrais vivre encore 40 ans. Mais maintenant, voilà que je suis déjà morte. Que se passe-t-il donc? À quoi Dieu répond: «Oui, c’est vrai, c’est ce que je vous avais promis. Et je suis terriblement désolé. Mais je ne vous ai tout simplement pas reconnue…» Des limites étroites Où se situe la limite entre la cohérence et l’obs tination? Où se trouve la limite entre l’entraide et le sacrifice? Où est la limite entre être communicatif et être bavard? Dans de nombreux domaines de la vie, il n’est pas si simple de définir où se situe la limite entre un comportement «normal» et un comportement «anormal». Il en va de même avec la vanité. Prendre plaisir à son propre corps, à sa propre beauté, veiller à être (et à rester) séduisant, est absolument correct. Mais on peut aussi exagérer. La question de savoir où se trouve la limite, dépend des circonstances, de l’époque et de l’ordre social. Et finalement, un jugement est toujours quelque chose d’individuel. Ce que certains jugent convenable est déjà excessif pour d’autres. La vanité peut-elle être aussi positive? «L’homme est composé d’os, de chair, de sang, de salive, de cellules et de vanité.» De cette remarque plutôt cynique de Kurt Tucholsky, on pourrait déduire que nous sommes tous plus ou moins vaniteux. Plus grave encore: nous nous énervons de la vanité des autres, car nous le sommes nous-mêmes. C’était du moins l’opinion de Friedrich Nietzsche: «La vanité d’autrui ne va contre notre goût, disait-il, que si elle va contre notre vanité.» Une citation de Marie von Ebner-Eschenbach prouve que le sujet est déjà assez ancien: «Les blessures infligées à notre vanité sont à moitié guéries si nous parvenons à les dissimuler.» Mais il est certain que la vanité a le vent en poupe depuis l’invention de la télévision. Ici, tout le monde veut être beau, et le besoin de séduction et de beauté peut parfois prendre des formes étranges. De nombreux contemporains sont d’ailleurs de l’avis que les personnes les plus vaniteuses ne se trouvent pas dans le monde de la mode, mais dans celui de la télévision. «Les journalistes de télévision vaniteux, dit Ernst Probst, se trouvent au moins aussi importants que leurs éminents interviewés.» Dans la théologie chrétienne, en particulier dans sa version catholique, la vanité fait partie des sept péchés capitaux. La vanité détourne la pensée humaine de Dieu pour la diriger vers lui-même, vers son corps, son apparence, ses pulsions et ses besoins. George Sand ne le voit pas aussi tragiquement. Elle tire même un aspect positif de la vanité: «Après l’amour, la vanité est la plus belle passion humaine. Elle nous oblige à être bons, par envie de le paraître.»

Comparaison entre hommes et femmes Lors d’un séminaire sur le sujet de la planification du temps et du travail, une discussion a eu lieu sur le temps que nous passons dans la salle de bains devant le miroir. Les différences sont frappantes: un homme remporte le record négatif: deux minutes pour la douche, deux minutes pour se sécher, deux minutes pour se raser, deux minutes pour se nettoyer les dents. Une dame a atteint le maximum: nonante minutes chaque matin pour se soigner, se maquiller et se faire belle. Bien sûr, les femmes attachent généralement plus d’importance à une belle apparence extérieure. On pourrait donc en déduire qu’elles sont plus vaniteuses que les hommes. Mais ce n’est pas vrai. Les hommes sont tout aussi vaniteux que les femmes. La différence est qu’ils ne passent pas des heures le matin devant le miroir, mais qu’ils s’entraînent des journées entières dans des centres de remise en forme. La musculation ou mieux dit la vanité est un sujet important. En Angleterre, des psychologues ont étudié le phénomène et ont trouvé ce qui suit: de nombreux hommes souhaitent que leur corps idéal ait treize kilos de masse musculaire de plus que celui d’un homme moyen. Cette recherche a également révélé que de nombreux jeunes de 11 à 16 ans sont obnubilés par leur apparence. Plus d’un tiers des personnes interrogées souhaitent perdre du poids et plus de la moitié indiquent préférer avoir une belle apparence que de savoir bien jouer au football. Un quart des personnes interrogées disent qu’elles voudraient plutôt être beaux que riches et presque tous envisageraient même une intervention de chirurgie plastique pour améliorer leur apparence. Pourquoi donc? Louise Payne, qui a dirigé cette étude, estime que la société est saturée d’images de personnes que l’on devrait trouver séduisants. Les jeunes en pleine croissance sont soumis à de fortes pressions pour correspondre à ces idéaux. C’est certainement vrai si l’on regarde la publicité. On y voit de beaux hommes, femmes et enfants, sains et heureux. Le plus souvent encore dans un magnifique environnement. Il n’est donc pas étonnant que les personnes «normales» aient le sentiment de ne pas être assez séduisantes. Les hommes commencent alors à s’entraîner comme des fous, les femmes réagissent souvent à cette pression par des troubles alimentaires. On accepte tout pour correspondre à l’idéal social. Alors que la beauté est pourtant bien une notion très relative. D’ailleurs: le terme de vanité avait jadis aussi une autre signification; il représentait le néant, le vide, la futilité et ... l’éphémère. Albin Rohrer est conseiller, coach, auteur, directeur de cours/séminaires et professeur de musique. LL REGENERATION MODE D’ACTION BREVETÉ POUR LES PEAUX FATIGUÉES BEURRE CORPOREL REVITALISANTE 250 ML. Nourrit. Vitalise. Hydrate. M O DE BIOCOMPLEXE D’AC TI O N LL 1 BREVETÉ 1 Brevet UE EP2533752B9 Pharmacie chez soi 3-2022 33

Nos Magazines